AVICULTURE bâtiment avicole



Parfois des bâtiments inadaptés :


Assez fréquemment,

Il existe des bâtiments avicoles mêmes neufs qui seront toujours difficiles à maintenir en températures,

Du fait

· de leur exposition aux vents,

· de leur implantation sur un sol humide, mal drainé.

· Souvent la partie en déblai pose des problèmes difficiles à résoudre avec des conditions d’élevage plus difficiles en raison de l’excès d’humidité, d’une mauvaise litière.

L’isolation de certains bâtiments avicoles parait nettement insuffisante, même dans les constructions récentes ou les ponts thermiques restent trop nombreux :

· de parpaings trop importante en soubassement.

· volets d’admission et de sorties d’air non isoles ;

· sols humides ;

· enfin insuffisance de matériau isolant en toiture.

Actuellement compte tenu des coûts de l’énergie et de l’aliment, une épaisseur de 90 mm de laine de verre ou de 65mm de polystyrène extrudé semble minimale et indispensable.

Les bâtiments avicoles anciens, isolés en toiture avec 45 mm de laine de verre seulement, ne semblent plus adaptés de plus avec le temps cette isolation a pu être endommagée (humidification par la pluie l’eau de nettoyage… ; détérioration par les rongeurs ou les oiseaux).

Il est possible d’y remédier –lorsque les structures de la toiture le permettent- en posant une nouvelle couche d’isolant avec démontage progressif des plaques <évrite> ondulées.

Certains aviculteurs l’ont déjà réalisé sur des surfaces très importantes.

Dans de nombreux cas également, le système de ventilation adopté n’est pas toujours satisfaisant :

Les règles de débit sont difficiles :

Les pare vents ne sont en fait que des pare-lumière, surtout le long des parois latérales.

Les chutes ou montées de pression du vent ne sont alors absolument pas maîtrisées…

Peu de spécialistes en fait ont mené des recherches et des études approfondies afin de mieux contrôler ce délicat problème.

Enfin, de plus en plus d’aviculteurs prennent conscience que l’accès à leurs bâtiments doit être protégé contre tout ce qui peut être source de contaminations :

  • Animaux quels qu’ils soient (chiens, oiseaux...)
  • Personnes physiques (voisins. Techniciens. Vétérinaires…)
  • Matériel avicole étranger à l’exploitation.